Il s’appelait Chico

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Voyages en poésie Mots clés : Liberté
 

Ses doigts courts, épais
Ses doigts courraient 
Agiles sur le clavier
Le clavier du piano
Du piano à bretelles

C’était jour de marché
Il faisait beau ou il pleuvait
Ses notes s’envolaient pour nous faire danser
Valses, tangos, sambas
Devant « Chez Josette »
Devant « Chez Paulette »
Il jouait pour nous tous
Pour nous donner un peu
De son soleil à lui
Un pt’tit bout de bonheur

Il venait de si loin
Son singe sur les épaules
Son grand chapeau, légèrement penché
Il venait de si loin
Là-bas
Des Canaries

Il savait tout jouer, piano, saxo, violon
Il aurait pu jouer Mozart, Chopin, Verdi
Dans de beaux théâtres
Dans des salles averties
Sa sœur l’avait fait, qui chantait Rossini

Mais lui avait choisi
Pas de baguettes pour moi
Je rêve avec Schubert
Mais préfère les flonflons
Les airs d’accordéons
Pour faire danser musette
Les filles et les garçons
Ne rien devoir
Ni à Dieu, ni à Diable
A personne
Mais donner du bonheur
De ces bonheurs tout simples
Mes notes si futiles
Mes rythmes qui dansent
Mes notes d’accordéon

Et puis !
A la fin du morceau
Sa tête s’inclinait
Lentement sur le côté
Son bras droit quittait le clavier
Le clavier de son piano
Son piano à bretelles
Son pied droit en avant
Son bras droit lentement
Doucement se levait
Avec un grand sourire
Pour saluer
Il vous disait « merci !
De m’avoir écouter
De m’avoir applaudi »

Il s’appelait Chico
Il était notre ami.

 

Antoine Leprette

Mardi 7 septembre 2021

La Maison du Pêcheur – Locmiquélic

"Être(s) libre(s)! Vivant(s)!" (recueil en préparation)

Arghavan

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Poèmes et mots des amis et d'ailleurs Mots clés : Liberté

Arghavan Arghavan,

Ma chère branche solitaire séparée de moi

De quelle couleur est ton ciel aujourd'hui?

Est-ce qu'il y a du soleil?

Ou il est encore nuageux ?

Moi, dans ce coin extérieur du monde Je n'ai pas de ciel au dessus de ma tête

Et je ne sens rien du printemps

Dans ce coin sombre oublié

Un souvenir coloré dans mon esprit

Me fait pleurer

Mon Arghavan est là-bas

Mon Arghavan est seul

Mon Arghavan pleure

Arghavan!

Quel est le secret du printemps 1

Qui vient à chaque fois en m'apportant du chagrin ?

Arghavan! Arghavan!

Tiens-toi droit

Chante ma chanson non-chantée

Chante, chante, chante !

 

Extrait d’un poème de Hshang Ebtehaj2 (perse: هوش ) dont le nom de plume est H. E. Sayeh3 ( سایه, littéralement “Ombre”) chanté par Alireza Ghorbani

Sayeh écrivit ce poème alors qu' il était en prison pour des raisons politiques ( on ne l'a pas laissé écrire ses poèmes librement ). Dans ce poème, il parle avec son plant Arghavan ( français : Arbre de Judée)

Traduction en français de Maryam Shahryari

 

 

1 Pour lui, le printemps vient toujours avec son chagrin, alors qu'en Iran, le printemps est le commencement du nouvel an et il faut qu'il lui apporte de la chance et de la joie

2Poète iranien né en 1928. Il est emprisonné durant un an lors de la révolution iranienne en 1979. Il vit aujourd’hui en Allemagne.

3

Lire la suite de Arghavan

Autres ouvrages

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Publications-Evénements Mots clés : Liberté

 

"Pierre Leprette - Carnets de Guerre et Lettres à son père - 1939-1945".

Avec Pierre, une famille dans la guerre; les témoignages, souvenirs, récits de Fernand, Jacques, André Leprette, Maud et Olivier Leprette-Hatzfeld, Yvonne Guitel, Hélène Reynaud-Leprette.

2005 - Imprimé par l'imprimerie Presstexte - Philippe L'Herpiniere - 73 210 AIME

Femme courage

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Voyages en poésie Mots clés : Exil, Liberté

Pour Kady mon élève du Mali, sa traversée de la Méditerranée pour fuir la violence des hommes. Avec sa permission..

 

L'eau et le ciel

Le ciel et l'eau

Et encore le ciel

Et toujours l'eau

Tout mélangé!

L'eau et le ciel

Le ciel et l'eau

Le soleil qui me brûle

Ma peau est brûlée.

 

Je suis femme!

Mes genoux serrés contre moi

Mon enfant blotti dans mes bras

Je te serre fort, mon petit, mon amour

Tu es si fort, toi, ma vie, pour toujours.

 

J'ai mal au bras, j'ai mal au ventre, j'ai mal aux jambes

Mon corps paralysé, meurtri, endolori

Je ne peux plus bouger

Cinq jours en mer

Serrés

Tassés

Entassés

Des hommes

Trois femmes

Et nos petits

Nous sommes si nombreux sur ce petit esquif

Les vagues sont bien grandes qui s'écrasent sur la proue

Nous sommes à ras de l'eau.

 

Je suis femme!

Mes genoux serrés contre moi

Mon enfant blotti dans mes bras

Je te serre fort, mon petit, mon amour

Tu es si fort, toi, ma vie, pour toujours.

 

"Pas bouger!"

L'ordre claque

Pas bouger où tu seras jetée

Donnée à la mer

Noyée!

Je ne sais pas nager

Je viens d'Afrique

Comme mon voisin devant

Comme mon voisin derrière

Je serre les fesses, mes muscles se contractent

Coincée entre mon voisin de devant et celui de derrière

Mon petit dans mes bras.

Dors mon enfant

Ne pleure pas

Maman est là

Dors mon petit.

Pas d'eau!

Le soleil qui tape sur la tête

Il est évanoui mon petit, mon bébé

Alors je chante, pour le courage.

 

Je suis femme!

Mes genoux serrés contre moi

Mon enfant blotti dans mes bras

Je te serre fort, mon petit, mon amour

Tu es si fort, toi, ma vie, pour toujours.

 

Un jour

Une nuit

Encore un jour

Et encore une nuit

Et encore les jours

Et encore les nuits

Le ciel et l'eau

L'eau et le ciel

C'est terrible la nuit

J'ai peur de mourir

Je fais pipi

Tous mes besoins

Sous moi

Et je vomis

Le matin, le soir, la nuit

Sur moi

Comme mon voisin de devant

Comme celui de derrière

Et le chef crie!

Et le chef nous bat!

Il est libyen le chef.

Achetée

Vendue

La prison

Les coups

Je fais pipi

Tous mes besoins

Mais je suis là pour toi

Mon petit

Mon garçon.

 

Je suis femme!

Mes genoux serrés contre moi

Mon enfant blotti dans mes bras

Je te serre fort, mon petit, mon amour

Tu es si fort, toi, ma vie, pour toujours.

 

Et les heures suivent les heures

Déjà des morts

Et toujours l'eau

Toujours le ciel

Et encore le soleil

Et toujours et encore les cris des méchants

Et j'ai peur

Je vais mourir

Et puis le cris

Le cris d'un homme

Son grand cris

Au loin

Un bateau!

Les gendarmes

Des Arabes

Ils crient

"Ce n'est pas le bon chemin!"

Alors reviennent les pleurs

Alors revient la peur

Et le ciel

Et l'eau

Le soleil

Et la douleur

Et la mort.

 

Je suis femme!

Mes genoux serrés contre moi

Mon enfant blotti dans mes bras

Je te serre fort, mon petit, mon amour

Tu es si fort, toi, ma vie, pour toujours.

 

Et reviennent les heures

Et les nuits

Et les jours

Et enfin un point, une ombre, un grand bateau

Et les hommes crient à nouveau

Ils veulent se lever

Ils veulent danser

Moi! moi!

Chacun pour soi

Notre barque danse aussi

Une danse de mort

Elle va sombrer

Nous allons tomber

Nous ne savons pas nager

Moi aussi je ris

Mais j'ai peur aussi

Je pense à mon petit

"Sit down! sit down!"

C'est le grand cris du grand bateau

"Sit down! sit down!"

Et les hommes obéissent

Le canot n'a pas versé

Nous ne sommes pas noyés

Nous ne savons pas nager

Je suis dans le grand bateau

Mon enfant est vivant.

 

Je suis femme!

Mes genoux serrés contre moi

Mon enfant blotti dans mes bras

Je te serre fort, mon petit, mon amour

Tu es si fort, toi, ma vie, pour toujours.

 

Extrait de "Être(s) libre(s)" (inédit)

Jeudi 3 décembre 2020

La Maison du Pêcheur - Locmiquélic

 

Apprendre!

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Voyages en poésie Mots clés : Liberté

A Samuel Patty

Apprendre!

Mot double,

Donner et recevoir.

Quand je t'apprend, tu m'apprends.

Quand je t'explique, je t'écoute.

Partager ce que nous sommes.

Ce que je sais,

Que j'ai appris,

Que j'ai reçu,

Te le transmettre,

Recevoir tes doutes,

Tes questions,

Te remettre les miennes,

Te dire parfois: "Je ne sais pas!"

T'offrir mes certitudes "jusqu'à connaissances nouvelles",

T'aider à questionner ta foi, la mienne, celle des autres,

Ta foi reçue en héritage,

L'interroger,

T'aider à la faire tienne peut-être,

A la refuser parfois

Mais c'est toi qui choisi:

"Je garde ou je rejette?"

En être libre,

En concevoir le doute,

Apprendre de moi les mots,

Apprendre à les prendre pour les faire naître,

Apprendre mes connaissances.

Connaître, nouvelles naissances,

Découvertes d'autres mondes,

Naître à autre chose avec les autres,

Encore le partage.

Et la naissance peut être violente

Dans la découverte d'autres ailleurs.

Mais il ne s'agit que de mots.

Ils peuvent me heurter, te blesser.

On dit que les mots peuvent tuer.

Mais aux mots peuvent toujours répondre des mots.

Ils peuvent aussi caresser, faire jouir.

Aux mots peuvent répondre aussi tendre musique et couleurs scintillantes,

Avalanche de notes,

Rythmes endiablés,

Traits ravageurs, incandescents.

 

 

La poésie peut-elle tout dire?

Avons nous les mots pour dire l'horreur?

Tu es mort

Pour un coup de crayon,

Un crayon pour rire.

Tu aurais pu mourir de rire

Mais tu es vraiment mort.

"Les enfants!", tes enfants, ceux qui t'écoutaient, qui apprenaient.

"Ce n'est pas un jeu vidéo les enfants"!

Son cœur ne bat plus

Son aimée ne le serrera plus dans ses bras

Son enfant ne pourra plus lui dire: "Papa!"

Ceux qui t'ont volé ta vie ne veulent rien donner,

Ne savent pas recevoir.

Ils ne savent qu'imposer, forcer, violer.

Leur foi n’autorise pas le doute,

Elle brûle les livres,

Elle coupe les têtes, siège de la pensée

Pour un monde uniforme,

En uniforme.

Pour que vive la soumission,

Il faut éradiquer la pensée,

Il faut réciter sans jamais s'arrêter dans l'infini des temps

Mais surtout,

Surtout,

Ne pas apprendre!

Ne pas connaître

Ne pas renaître

Autodafés!

Têtes coupées!

Corps brûlés!

 

Apprendre.

Je t'apprends,

J'apprends de toi.

Apprendre pour être libre,

Libre, liber, livre,

Apprendre dans les livres pour être libre,

Pour creuser son chemin, choisir ses routes.

Apprendre pour grandir,

Créer sa route au milieu des autres, avec les autres, pas contre les autres.

Ou plutôt, parfois si, parfois aussi contre eux.

Je ne suis pas d'accord,

Tu n'es pas d'accord.

Et alors!

Tu peux croire ou ne pas croire.

Au commencement était le Verbe,

Et le Verbe était Dieu.

La Parole, la Bible

Le livre, le Coran

La même injonction:

"Lis!"

Pour apprendre,

Pour être libre.

Au commencement était le Verbe, la parole, le Logos,

La parole!

Parler, mais si tu parles je t'écoutes et puis c'est moi qui parle et alors tu m'écoutes.

Je questionne,

Tu réponds,

Tu questionnes,

Je réponds.

Et parfois le silence.

"Je ne sais pas"

"Je ne sais plus"

La Parole,

La dispute,

Sans fin, pour essayer de comprendre,

Pour te comprendre,

Pour me comprendre,

Pour te connaître,

Pour me connaître,

Pour naître à moi,

Naître à toi.

Pas pour prendre tout seul

Mais prendre avec,

Avec l'autre,

Avec toi,

Pour embrasser le monde,

Le saisir,

Le serrer dans mes bras,

Pour apprendre le silence aussi.

Avons nous toutes les réponses? Toujours?

Lui, l'assassin, voulait imposer sa loi,

Une loi toute faite,

Venue d'en haut,

Indiscutable,

Non négociable!

En te tuant Samuel,

Ils ont chercher à assassiner la parole, et le silence aussi,

L'essence même de ce qui nous fait vivre ensemble,

Cette parole qui est au cœur de nos lois

Sans fin discutées, lues, relues, corrigées, modifiées, contestées, amendées, vilipendées, manifestées,

Mille fois remises sur le métier

Avec ses mots, ses virgules, ses silences,

Enfin respectées!

Quel torrent de mots!

Quel torrent de paroles!

Envie de rire

Envie d'en rire,

Et les crayons sont là pour nous railler,

Pour se moquer

De nos travers,

De nos outrances,

De nos prétentions.

 

Et ta mort est devenue publique, objet des expressions de tous les egos,

De toutes les impudeurs,

De tous les manque de savoir-vivre,

Des savoir-mourir.

Ta mort souffle en tempête sur les réseaux du net.

Faut-il que nous nous aimions si peu?

Faut-il que nous ayons si peur?

Que nous aimions si peu l'image que nous donnons de nous pour ainsi, sans cesse, se mettre en pâture dans ces arènes apparemment sans visages mais qui, au bout du bout, peuvent tenir des couteaux, des grenades, des bombes et donner la mort, semer l'effroi et le doute en ce qui nous unit, la parole, devant la face du monde, provoquant la peur, l'effroi et puis l'angoisse?

En direct!

 

Antoine Leprette

Vendredi 6 novembre

La maison du Pêcheur - Locmiquélic

Extrait de "Être(s) libre(s)" (inédit)

La liberté de la presse, de caricaturer, une vieille histoire française, un combat incessant pour une démocratie toujours en équilibre.

1-Le Cri du Peuple. Journal de Jules Valles interdit par A. Thiers. Il reparaît pendant la Commune de Paris en 1871 et devient le journal le plus lu à Paris. Les Communards seront massacrés par Thiers. 20 000 Parisiens assassinés durant la semaine sanglante et il y a toujours des lycées Thiers en France!

2- Une de Charlie Hebdo de janvier 2020

3- La liberté de la presse de la Croix, journal catholique à l'Humanité, journal du Parti Communiste Français.

4- Damien Glez, dessinateur franco-burkinabe dans jeune Afrique en Novembre 2020.

5- Une de Charlie Hebdo après l'assassinat de Samuel Patty. La couverture republie des caricatures de Mahomet à l'origine d'émotions violentes dans le monde musulman et des assassinats provoqués par les tenants d'un islam politique pratiquant le terrorisme.

6- "J'accuse". Lettre ouverte de Emile Zola au président Félix Faure publiée en 1898 dans le journal de G. Clémenceau, "L'Aurore". Zola accuse une dizaine de personnalités de l'Etat d'être responsable de la condamnation du capitaine Dreyfus au nom de la raison d'Etat. Cet article vaudra à son auteur d'être condamné en Cour d'Assise ce qui le pousse à s'exiler au Royaume Uni. Son article marque le début de la procédure de réhabilitation de Dreyfus.

7- Une du journal turc Kumhuryet, seul journal d'un pays à majorité musulmane à avoir défié la censure en publiant en pages intérieures les caricatures publiées dans Charlie Hebdo.

8-«Un jour, Mme de Gaulle entre dans la chambre de ses petits-enfants et les surprend en train de se bidonner devant Hara-Kiri. Elle est horrifiée et déboule dans le bureau de son mari pour lui réclamer l’interdiction du titre !». Cette anecdote rapportée par le journal Libération est délicieuse. Hara Kiri, le journal bête et méchant fondé par Bernier, Cavanna et les autres fut interdit de vente aux mineurs le lendemain de la mort de de Gaulle par le ministre de l'intérieur de l'époque, R. Marcellin. Hara-Kiri engendra Charlie Hebdo. La prude Yvonne Vendroux-de Gaulle fut par ailleurs celle qui encouragea son mari à accepter la proposition de L. Neuwirth autorisant la contraception orale. Nous sommes pétris de contradictions.

9- Caricature de Daumier qui représente Louis-Philippe en Garagantua avalant des sacs d'or. Cette lithographie fut publiée en 1831 dans le journal "Caricature" et valu à Daumier d'être condamné à six mois de prison ferme.

10- Caricature du Canard enchaîné censurée par l'Etat-major pendant la première Guerre mondiale.

11- Le président de la République, E. Macron caricaturé. Sans commentaire!

12 et 13 - "Faut espérer que ce jeu là finira bientôt".

Deux images d'Epinal qui circulaient de village en village, transmises par les colporteurs, à la veille de la Révolution française. Le Tiers-Etat représentait 90% de la population. En son sein, 80% de paysans qui faisaient vivre les deux ordres privilégiés, le clergé (ordre n°1) et la noblesse (ordre n°2). La haine pour le clergé (principalement le haut clergé) était féroce dans une grande partie du royaume de France, le royaume "très chrétien". Le catholicisme fut l'opposant le plus farouche de la liberté d'expression et de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, parfois très violemment, avant de découvrir la liberté que la laïcité lui apportait. La laïcité a permis de mettre un terme aux guerres de religions qui ont tant divisé et meurtri les Français, tout en permettant à chacun de vivre sa foi.

Lire la suite de Apprendre!

Fil RSS des articles de ce mot clé