Un olivier en exil sur l'île de Groix

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Autres regards Mots clés : Nature, Exil

Ces derniers jours, j’ai navigué vers l’île de Groix. Je m’y suis rendu sur mon voilier, Betsileo. J’ai dormi une première nuit à Port-Tudy puis randonné toute une journée sur l’île. Magnifique promenade. Des paysages superbes de landes et de falaises.
Au cours de ma promenade, j’ai rencontré deux dames qui contemplaient un olivier planté dans leur jardin. Il leur paraissait très beau et elles échangeaient leur fierté de la façon dont il était taillé. A quelques mètres, je contemplai cet arbre étrange, ici, comme en exil, pas vraiment à sa place. Je partageai sa tristesse et son chagrin de se savoir si loin des paysages tant aimés, au-delà de la beauté des lieux dans lequel il avait échoué. Les dames, s’apercevant de ma présence, me demandèrent ce que je pensai de la taille de leur arbre. Retrouvant spontanément l’accent de mes pères, je leur répondis gentiment que ce n’était pas un olivier. L’arbre que j’avais devant moi était très beau, tout buissonnant mais ce n’était pas un olivier. Il n’en n’avait plus les couleurs, le chatoiement argenté des feuilles et des écorces sous la lumière brûlante de la Méditerranée. Cet arbre était étranger sur cette terre, dans cette lande austère. Il lui manquait le frémissement de l’air sous le soleil brûlant. Il lui manquait le bleu si lumineux d’un ciel sans nuages. Il lui manquait les vignes et les pins se balançant mollement sous un air léger ou ployant à craquer sous un violent mistral. Il lui manquait la terre, la terre rouge dans laquelle pousse les cailloux des terres de Provence, d’Espagne, d’Italie, de Grèce, d’Algérie, de Palestine. Il lui manquait les mains calleuses des paysans du Sud et les visages rudes mais ouverts, burinés par le soleil de la Méditerranée. Oui ! Cet arbre était bien triste, tout seul dans son jardin à faire la déco et il faisait ce qu’il pouvait le pauvre pour faire plaisir à ces dames qui lui paraissaient bonnes et gentilles.  Cet arbre que je voyais, vert sombre sous le soleil si gris avait perdu son nom.
Aux dames, je dis encore que les anciens en Provence, taillent les oliviers de telle façon qu’une tourterelle puisse se loger en son sein sans difficultés. Saisissant une de ses branches, je lui dis : « Frère d’exil, je te donne ma main pour te rappeler le soleil qui est le nôtre et que nous avons tant partagé ».
Les deux dames m’écoutaient étonnées, quelque peu incrédules. Je leur dis : « La Bretagne est si belle ! Ses paysages de landes et de forêts austères sont remplis de mystères qui font les mythes, parmi les plus anciens. Vous avez ici des arbres si beaux, étonnants, des arbres de mémoire qui peuvent se souvenir du temps des druides et des poseurs de pierres. Les chênes majestueux qui peuplent vos forêts, les merisiers sauvages qui donnent tous leurs fruits dans vos haies buissonnantes, vos pommiers noueux, argentés du lichen qui les épouse avec bonheur alimentent le rêve aux musiques des fest-noz où le cidre coule à flot. Mais même vos cèdres du Liban ont perdu, en s’implantant ici, leur majesté qui puise ses racines dans les navires de l’ancienne Phénicie. Nos oliviers peuvent raconter les histoires de Noé, les pas de Jésus-Christ, les frasques des dieux de l’Olympe, le fracas des armes des Romains ou de la guerre de Troie,
les vaisseaux qui, venant de Phocée, transportèrent leurs anciens dans la calanque du Lacydon et le mariage de Gyptis et Protis qui par cette union scellèrent leur destinée dans la terre provençale.

L’arbre qui pousse devant moi n’est plus un olivier. En s’expatriant, il est devenu autre. Mais sa taille buissonnante, très réussie, met de la lumière dans vos yeux. Mesdames ! Et c’est sans doute bien ainsi ».
Tout en méditant ce dialogue fictif, je m’éloignai contempler les beautés sauvages de l’île, l’île de Groix, cette île faite pour les tempêtes violentes, les embruns sauvages et les ciels gris, lourds de pluie, au son d’une houle qui se fracasse en écume bondissante sur des falaises austères, au son de vents venus de l’océan caresser des landes peuplées de Korrigans, frères farouches de nos joyeux Fantasti qui vivent dans nos étables à l’ombre des grands pins et dorment dans nos foyers où brûle dubois de cade mêlant son parfum envoûtant à la vaisselle creusée dans du bois d’olivier.

Antoine Leprette

Lundi 20 septembre 2021 - La maison du Pêcheur - Locmiquélic

La Rose rouge (extraits)

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Poèmes et mots des amis et d'ailleurs Mots clés : Nature, Vivre

Pour parler de la Provence, je veux partager ces descriptions si fines, si élégantes, rédigées par mon grand-père, Fernand Leprette, il y a près de soixante dix ans dans son beau livre, la Rose rouge, qui rend hommage à une amie provençale, trop tôt disparue, victime d'un cancer. Mon grand-père était un homme du Nord, fasciné par les lumières du sud, mais tellement respectueux de ces hommes, de ces femmes qu'il rencontrait et de ces paysages qui l'éblouissaient. C'est en homme grandi dans les corons du Cambraisis, venant d'Egypte où il séjournait depuis bientôt trente ans, qu'il décrit ces paysages provençaux qu'il découvre pour la première fois, près de Joucas, non loin de Gordes et de Roussillon, la demeure dont son amie était originaire

Lire la suite de La Rose rouge (extraits)

Sylvebarbe

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Voyages en poésie Mots clés : Nature

Un grand arbre avançait marchant sur ses racines,

Il marchait en tremblant dans la forêt perdue

Tendant ses grandes branches vers les hommes futiles

En agitant ses feuilles, en nous faisant des signes.

 

Ne serait-ce pas Treebear, le plus ancien des Ents

Qui appelle au secours pour sa forêt perdue?

Sa peau est faite d'écorce, sa barbe de rameaux,

Il porte devant lui le message de la sylve.

 

Il apparaît bien seul à l'orée du grand bois.

Où sont partis les dieux qui protégeaient Sylva?

Qu'êtes vous devenus? vous étiez immortels!

Aja des Yoroubas, Abnoba le Gaulois

Tapio et Melikki du pays des grands-froids

Et vous les Driaddes de la lointaine Hellade,

Aranyani des Indes, le Maori Tane,

Auriez vous rejoint Vidar dans ses silences du Nord?

Porewit n'est plus dans la toundra glacée,

Il ne protège plus le passant égaré.

Où êtes vous donc passés?

Je vous en prie,

Revenez!

 

Ils ne sont plus nombreux les peuples de la forêt,

Noyés dans nos tourments, nous les avons perdu.

Pour chaque homme qui chasse son enfance rêveuse,

Une fée agonise, un elfe disparaît.

 

Mais si nous fermons les yeux dans nos songeries blêmes,

Robin réapparaît et Peter Pan renaît.

Le chevalier Bragon et Gandalf le gris

Reviennent prendre l'épée, la Compagnie revit.

Nos rêves ne sont pas creux,

Nous retrouvons les dieux.

 

Je revois Sylvebarbe, il avance, têtu,

Il appelle au secours, j'en suis sûr, c'est bien lui,

Il n'est pas seul,

Je le vois,

Derrière lui se presse toute une multitude,

La foule de nos ancêtres accrochés à ses pas,

Ils chantent un air très doux et nous tendent les bras.

 

Peut-être pourrions nous, si nous croyons encore,

Faire la paix enfin, nous lover dans leurs branches,

Avoir confiance en eux,

Les faire revivre un peu,

Retrouver nos anciens

Que nous croyions éteints,

Sauver leurs protégés

Pour aussi nous sauver.

 

Alors un vent très fort souffle dans notre dos,

Les grandes voiles des arbres se déploient dans l'azur,

Le grand vaisseau des êtres de la forêt perdue

Appareille vers des terres, des rivages inconnus.

 

Osons prendre le large main dans la main des dieux!

Osons ne plus vouloir bâtir à qui mieux mieux!

Osons ne plus détruire, osons rêver un peu!

Osons aller moins vite, osons ouvrir les yeux!

 

C'est le grand cris de l'arbre.

Dans un souffle,

Sans un bruit,

Le monde se fit silence.

Une suspension du temps.

On entendit ses branches bercer au vent léger

Les nids des oisillons chantant sous la charmaie.

 

Antoine Leprette

Vendredi 3 juillet 2020- La Maison du pêcheur- Locmiquélic

Extrait de "Blues du soir: le grand cris de l'arbre" (Inédit)

 

L'arbre et la fontaine

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Voyages en poésie Mots clés : Nature, Environnement

Un grand chêne poussait au pied d'une fontaine.

L'arbre tendait ses grandes mains au bout de ses longs bras

Noués, tordus.

Il appelait le ciel.

Le ruisseau qui coulait dans un murmure profond se faisait ruisselet,

S'épuisait doucement.

Le ciel s'est tu,

La fontaine s'est tarie

Et l'arbre a gémit.

 

Au loin les machines brisaient, détruisaient, construisaient,

Les hommes s'aimaient, rêvaient, pensaient, calculaient,

Leurs cheminées crachaient.

 

Dans un geste furieux, Éole s'est redressé

Les océans grondaient, Saturne se cabrait

Et le ciel a parlé

Et la pluie est tombée,

Tombée,

Tombée.

 

La fontaine a pleuré tous ses torrents de boue,

Le grand arbre a chuté dans un grand cris de branches

Puis le ciel s'est tu,

A nouveau.

 

La fontaine a pleuré le grand arbre déchu.

Ses dernières larmes séchées,

La source, épuisée, s'est dissoute dans les sables désertés.

 

Au loin les machines brisaient, détruisaient, construisaient

Les hommes s'aimaient, rêvaient, pensaient, calculaient ...

 

Antoine Leprette

Samedi 9 mai 2020 - Maison du pêcheur - Locmiquélic

Extrait de "Blues du soir: le grand cris de l'arbre" (inédit)

Poème publié  le 24 juin 2020 dans le volume 5a de la revue de Patrice Perron "Onn Zeu Oueb Eugaine"

 

Abeilles, aubépine et coquelicots

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Autres regards Mots clés : Nature, Environnement

"On a remarqué que les colons sont souvent précédés dans les bois par des abeilles: avant-garde des laboureurs, elles sont le symbole de l'industrie et de la civilisation qu'elles annoncent. Étrangères à l'Amérique, arrivées à la suite des voiles de Colomb, ces conquérants pacifiques n'ont ravi à un nouveau monde de fleurs que des trésors dont les indigènes ignoraient l’usage; elles ne se sont servi de ces trésors que pour enrichir les sols dont elles avaient été tirées."

Chateaubriand - Mémoires d'Outre Tombe - Livre septième, chap.6

 

Chateaubriand a vingt-trois ans quand il débarque en Amérique en 1791 en suivant les abeilles, avant-garde des laboureurs. Qu'écrirait-il aujourd'hui qui voit les abeilles périr à une vitesse vertigineuse? La production de miel dans l'hexagone a été divisée par deux ces vingts dernières années. Partout dans le monde dit "développé", en Europe, aux États-Unis, en Australie, les colonies d'abeilles domestiques et sauvages disparaissent. Les abeilles meurent sous les coups de l'agriculture industrielle et de la folie des hommes1.

En 2020, Claude Monet aurait bien du mal a peindre son champ de coquelicots et Victor Hugo ne pourrait plus chanter pour sa fille tant pleurée : "Que de fois j'ai cueilli de l'aubépine en fleur2".Les Coquelicots - Claude Monet - 1873

Les pesticides sont passés par là éradiquant les "mauvaises herbes" (dont "Les coquelicots" si chers à Monet). Les haies où fleurit l'aubépine sont systématiquement arrachées pour permettre le passage des tracteurs. Les abeilles se meurent et nous, pauvres humains, nous sacrifions nos âmes sur l'autel du toujours plus, toujours plus vite et perdrons bientôt nos vies peut-être quand on sait qu' un tiers de la production agricole mondiale dépend de ces minuscules bestioles.

Les "indigènes" ont été exterminés pour la plupart, les laboureurs se sont métamorphosés en "agriculteurs", ce monde de fleurs a disparu, les conquérants pacifiques ne peuvent plus se servir de ces trésors et les sols pesticidés, herbicidés, fongicidés, se meurent à tout va.

Si les abeilles sont les avant-gardes des civilisations, alors, leur extinction peut annoncer notre disparition.

 

"Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,

Suspendez votre cours !

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !3"

 

"Le temps, c'est de l'argent" répond encore et toujours le chœur des boursicoteurs et de leurs épigones ulcérés, ces "Messieurs qu'on nomme grand" qu'interpellait Boris Vian par la voix de Mouloudji dans le "Déserteur".

Que peuvent encore les vers de Lamartine?

Que vaut donc une abeille au regard de l'argent?

 

"Il y avait un jardin qu'on appelait la Terre
Il était assez grand pour des milliers d'enfants
Il était habité jadis par nos grands-pères
Qui le tenaient eux-mêmes de leurs grands-parents
La la la la la la

Où est-il ce jardin où nous aurions pu naître
Où nous aurions pu vivre insouciants et nus
Où est cette maison toutes portes ouvertes

Que je cherche encore et que je ne trouve plus?4"

 

De profundis!

 

Antoine Leprette

Maison du Pêcheur

Locmiquélic - lundi 15 juin 2020

 

PS. Cet argent, je le leur laisse et m'en vais flâner en rêvant, regarder pousser les arbres, prendre mon vélo, planter mes choux, prendre un ris dans la grand-voile, apprendre encore et encore de mes amis venus d'ailleurs, aligner des mots qui chantent et avec ceux que j'aime qu'ils soient proches ou lointains, tenter de sauver ce qui se peut encore, réinventer la joie, créer de nouvelles façons d'être, partager les combats présents et futurs, à notre rythme, au rythme du temps, prendre ce temps de vivre si cher à Georges Moustaki.

Pour enrayer le déclin des pollinisateurs, on peut toujours rendre une petite visite sur le site de l'excellente ONG Pollinis: https://www.pollinis.org/

 

11 Laure Cailloce - Le journal du CNRS - 28 septembre 2016 - https://lejournal.cnrs.fr/articles/pourquoi-les-abeilles-disparaissent

2  "A celle qui est restée en France" - Victor Hugo - 2 novembre 1855 - Jour des morts

3 "Le Lac" Alphonse de Lamartine

4 Georges Moustaki - 1970

Fil RSS des articles de ce mot clé