Il s’appelait Chico

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Voyages en poésie Mots clés : Liberté
 

Ses doigts courts, épais
Ses doigts courraient 
Agiles sur le clavier
Le clavier du piano
Du piano à bretelles

C’était jour de marché
Il faisait beau ou il pleuvait
Ses notes s’envolaient pour nous faire danser
Valses, tangos, sambas
Devant « Chez Josette »
Devant « Chez Paulette »
Il jouait pour nous tous
Pour nous donner un peu
De son soleil à lui
Un pt’tit bout de bonheur

Il venait de si loin
Son singe sur les épaules
Son grand chapeau, légèrement penché
Il venait de si loin
Là-bas
Des Canaries

Il savait tout jouer, piano, saxo, violon
Il aurait pu jouer Mozart, Chopin, Verdi
Dans de beaux théâtres
Dans des salles averties
Sa sœur l’avait fait, qui chantait Rossini

Mais lui avait choisi
Pas de baguettes pour moi
Je rêve avec Schubert
Mais préfère les flonflons
Les airs d’accordéons
Pour faire danser musette
Les filles et les garçons
Ne rien devoir
Ni à Dieu, ni à Diable
A personne
Mais donner du bonheur
De ces bonheurs tout simples
Mes notes si futiles
Mes rythmes qui dansent
Mes notes d’accordéon

Et puis !
A la fin du morceau
Sa tête s’inclinait
Lentement sur le côté
Son bras droit quittait le clavier
Le clavier de son piano
Son piano à bretelles
Son pied droit en avant
Son bras droit lentement
Doucement se levait
Avec un grand sourire
Pour saluer
Il vous disait « merci !
De m’avoir écouter
De m’avoir applaudi »

Il s’appelait Chico
Il était notre ami.

 

Antoine Leprette

Mardi 7 septembre 2021

La Maison du Pêcheur – Locmiquélic

"Être(s) libre(s)! Vivant(s)!" (recueil en préparation)

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot s6ixnhkt ?

Fil RSS des commentaires de cet article