Dans l'anse de Keherby

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Voyages en poésie Mots clés : Réel

Poème publié dans le numéro 28 de la revue Spered Gouez de novembre 2022 sur le thème "l'incertitude pour principe" (cliquer sur la page de couverture)

Je me promène sous un ciel gris de nuages plombés,
Les vagues me viennent au visage,
Mon corps plie dans le vent qui tournoie.
Dans le fond de la baie, les corps gisants des bateaux,
Squelettes délaissés dans la vase putride,
Reposent abandonnés au milieu de l’estran.

Au loin, un visage apparaît dans la brume.
Un visage ?
Des formes étranges surgissent et disparaissent
Couronnées de varech,
Goémon en collier.
Je frissonne !
Ce sont les survivants de ces barques coulées,
Sûrement !
Ils profitent du vent pour nous interpeller,
Ils me tendent les bras.
Viennent-ils pour me parler ?
Que veulent ils me dire ?
Un crachin épais lacère mes paupières.
Qui sont-ils ?
Où vont-ils ?
Je ne sais quoi répondre,
Mon cœur est si troublé.

Et puis le vent se calme.
Un bandeau de lumière vient effranger la brume,
La marée est montante,
Les carcasses des canots sont happées par la houle.
Bientôt, l’air s’arrête,
Plus une risée sur l’eau.
La baie devient miroir où se mirent les oiseaux.
Je contemple hébété ce nouveau paysage.
Où sont donc ces errants venus m’interpeller?
J’erre entre deux eaux.
Était-ce un rêve ou la réalité ?
Et quelle réalité ?
Où se niche la frontière ?

Vendredi 22 avril 2022
La Maison du Pêcheur – Locmiquélic
Extrait de « Songeries », recueil en cours

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot wa0zvq ?

Fil RSS des commentaires de cet article