Nos grands chênes se meurent

Rédigé par Antoine Aucun commentaire
Classé dans : Voyages en poésie Mots clés : Environnement, Nature

Paru dans le n° 193 de la revue Florilège - décembre 2023

Ils ont grandi ensemble et se sont embrassés,

Ils se sont enlacés, l’un de l’autre amoureux,

Ils sont devenus un pour ensuite s’élancer

Vers le ciel plombé, droits et majestueux,

 

Les grands chênes moussus aux grandes mains ouvertes

Dont les faîtes surplombent toute la canopée.

Si hauts, si calmes, si forts, leur chevelure si verte,

Les grands chênes sont les maîtres de toute la forêt

 

Et pourtant, agressés par un soleil trop dur

La chaleur les aspire, les essore, les assèche,

Leur sève s‘évapore, leurs écorces se fissurent ;

 

Trop sensible à Hélios, ils se sentent menacés.

Pour affronter ses traits, leur peau est bien trop rêche.

Les grands chênes se meurent au fin fond des forêts.

 

Antoine LEPRETTE

21 juillet 2023 – Forêt de Camors

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot 7ukjhv ?

Fil RSS des commentaires de cet article